PROJECTIONS DE FILMS D'ARTISTES

KODAK
Andrew Norman Wilson

dans le cadre de Paris Avant-Première
47 bis, rue Ramponeau, 75020 Paris
Vendredi 12 octobre 2018 (entrée libre)
Projection en boucle de 13h à 22h


Andrew Norman Wilson, KODAK, 2018. Courtoisie l'artiste.

« Je n'ai pas inventé la photographie, j'ai inventé la photographie populaire. J'ai créé une nouvelle classe de consommateurs... Mes appareils photographiques ont permis au monde de sourire. »
—George Eastman

« Mon père fut embauché par Kodak juste après sa sortie de l'université en 1976 pour travailler dans ses laboratoires de traitement de film. Un an plus tôt, un employé avait inventé le premier appareil photographique numérique. En 2012, Kodak a fait faillite et opère aujourd'hui de manière beaucoup plus réduite qu'autrefois. Au cours de ses plus de trente ans de carrière au sein de la société, mon père a notamment travaillé parmi des aveugles embauchés pour manipuler des films dans le noir en raison de leur sens tactile accru. Rich, le protagoniste de cette vidéo, est un hybride de mon père et d'un personnage imaginaire qui aurait travaillé dans le traitement de film jusqu'à ce qu'un accident du travail le rende aveugle. Il aurait alors commencé à travailler dans le noir, emballant des films avec d'autres employés aveugles de Kodak jusqu'à ce qu'ils soient licenciés au moment de la faillite de la société. Lorsque nous rencontrons Rich, il est au chômage depuis dix ans et semble perdre progressivement ses facultés mentales. Il passe son temps à la bibliothèque publique de Rochester à parcourir des copies d'enregistrements réalisés par le fondateur de Kodak, George Eastman, vers la fin de sa vie en 1930. L'histoire est racontée à travers le point de vue de Rich. »
—Andrew Norman Wilson

Invoquer la notion de travail dans le contexte de l'art, et plus particulièrement en relation avec l'histoire de la photographie, fait inévitablement apparaître la tradition du réalisme documentaire : des portraits pénétrants de travailleurs et de machines, une clarté scientifique et un optimisme (même conditionnel) en la capacité de l'appareil photographique à reproduire les réalités cachées du monde moderne. C'est à cette forme qu'Andrew Norman Wilson a eu recours dans des projets précédents, mais il en va différemment avec KODAK, malgré son sujet intimement lié aux archives Eastman & Kodak. Son film est rythmé par une succession d'images d'archives obscures, émergeant du vide et mêlant les archives de la firme aux albums de sa propre famille — dont les membres sont, comme toutes les personnes attachées à Kodak, liés à son succès comme à son effondrement post-numérique. Suivant un scénario empruntant davantage à Samuel Beckett qu'à Frederick Wiseman, il substitue le délire de la subjectivité à la sobriété de la preuve, proposant des associations d'images plutôt que des enchaînements rigoureux. C'est une investigation affective où se mêlent histoire industrielle et histoires personnelles qui, au lieu d'être racontée de manière technocratique, propose des émanations de fictions, de fantasmes et de poésie.
—Extrait de l'essai « Minions Of The Sun » de Nick Irvin paru lors de la première de KODAK dans l'exposition d'Andrew Norman Wilson à Krieg, Hasselt, octobre 2018.

Andrew Norman Wilson vit et travaille à Los Angeles. Parmi ses expositions récentes et en cours : KODAK, Krieg, Hasselt (2018); I Was Raised on The Internet, MCA Chicago (2018); Picture Industry, LUMA Arles (2018); Dreamlands, Whitney Museum of American Art (2016); the Gwangju Biennial (2016); the Berlin Biennial (2016); Art Post Internet, Ullens Center for Contemporary Art, Beijing (2014); Scars of Our Revolution, Yvon Lambert, Paris (2014); Image Employment, MoMA PS1, New York (2013).